Conseils pour Déménager Seul

    Rentrée scolaire et déménagement

    Un déménagement veut dire beaucoup de choses, surtout dans la tête d’un enfant. Il y a d’abord l’installation dans une nouvelle ville, dans une nouvelle maison. Il y a aussi le changement d’établissement scolaire pour les enfants. Dans ce cas, l’enfant sera en quelque sorte plus ou moins déraciné en quittant sa maison, son école, ses amis et ses aires de jeux. Il se peut que cela se passe bien et, peut-être, moins. Mais tout dépend du contexte. Il est ainsi judicieux de savoir montrer aux enfants que le déménagement est tout à fait positif, surtout si c’est à la suite d’un nouvel emploi. De plus, il faut savoir les intégrer totalement dans le processus de déménagement.

    La base des conseils pour éviter le stress est d’associer très tôt les enfants au projet pour une nouvelle ville, nouvelle maison et nouvelle école. En effet, c’est aussi leur déménagement et il faut qu’ils y soient intégrés en tant que partie prenante. Si c’est possible, il faut les emmener au préalable en repérage. Ensuite, il faut trouver le bon moment pour déménager. Il y a ainsi différentes options qui s’offrent aux parents. Seulement arriver en début d’été est l’équivalent d’une arrivée dans une ville en vacances où presque tous les enfants sur place sont partis. D’un côté, déménager juste à quelques jours de la rentrée scolaire risque d’être stressant pour tout le monde, surtout pour les enfants qui sont encore à la recherche de leurs repères. À ce sujet, il ne faut pas oublier l’importance des copains et copines. Il y a ceux qu’ils ont laissés là-bas et ceux avec qui ils feront connaissance une fois installé. Lors de l’emballage des affaires, il faut être attentif à celles auxquelles les enfants tiennent. À ce sujet, le mieux est de les responsabiliser. Ainsi, il est possible de leur donner un carton dans lequel ils mettront les objets auxquels ils tiennent le plus. C’est à eux de faire le tri, surtout pour les jouets ou livres à garder pour le voyage. Une fois arrivé, il faut également savoir donner goût et de l’attrait pour la nouvelle demeure. Cela peut commencer par un restaurant sur la route pour finir avec un premier dîner à la maison. Il y a aussi la rencontre avec les nouveaux voisins, une occasion pour les enfants de faire avec les parents les premiers contacts. C’est une occasion de repérer les enfants de voisins qui ont à peu près le même âge qu’eux.

    Après l’installation, il faut avant tout inscrire votre enfant à la mairie de votre nouveau domicile. Un certain nombre de documents est à présenter. Il s’agit, entre autres, du livret de famille ou d’un d’extrait d’acte de naissance et d’un justificatif récent de domicile. À cet effet, la mairie délivre un certificat d’inscription indiquant l’école où est affecté l’enfant. Si l’enfant est âgé de moins de 6 ans, au plus tard 8 jours après le déménagement, il est obligatoire de l’inscrire dans un établissement d’enseignement public ou privé. Éventuellement, il est possible de déclarer au maire et à l’inspecteur d’académie que l’enfant suivra une scolarité à domicile. Dans le cas d’une ville comportant plusieurs écoles, il revient à la mairie de déterminer l’école d’affectation de l’enfant. Afin de rendre définitive l’inscription, il faut se présenter à l’administration de la nouvelle école. Des documents sont également requis dont le certificat de radiation de l’ancienne école, le certificat d’inscription délivré par la mairie, le livret de famille et le document attestant les vaccinations obligatoires de l’enfant.

    Deux cas peuvent se présenter pour l’enfant. S’il n’a pas été encore inscrit à l’école de votre ancienne ville, il faut donc l’inscrire directement dans un nouvel établissement. Par contre, si avant le déménagement, on ne connaît pas encore la nouvelle ville de destination, il est conseillé d’inscrire l’enfant dans son ancienne école. Cela lui permettra de retenir une place pour l’année scolaire après le déménagement. Pour l’enfant déjà scolarisé, il ne reste qu’à bien le préparer pour le changement. Quelques étapes peuvent aller dans cette approche. Il s’agit de privilégier la période des vacances scolaires pour déménager. Une visite au préalable de la nouvelle école et souhaitée.

    La visite de l’école est intéressante. Mais c’est encore plus intéressant de la combiner avec la visite du quartier. Votre enfant saura ainsi la distance à parcourir pour aller à l’école. Il aura également des repères grâce au parc, la boulangerie, le fleuriste, la librairie, les carrefours. Le jour J, le mieux est d’être accompagné par les deux parents ou au moins l’un d’entre eux. Une rencontre avec le professeur ou le directeur d’école est idéal. Au cas où ce n’est pas possible étant donné l’effervescence de la rentrée, il faut essayer de trouver un créneau pour les jours suivants. Si le changement d’école a lieu en même temps que la rentrée scolaire, la vie peut être plus facile pour l’enfant. Certes, il lui faut du temps pour s’adapter à son nouvel environnement. Si les parents arrivent à l’accompagner durant les premiers jours, il s’en sortira plus que réconforté.

    Au cas où un problème survient pour l’enfant, les parents peuvent toujours recourir au professeur, à la psychologue de l’école s’il y en a, à l’association des parents d’élèves, etc. Une consultation psychologique n'est pas obligatoire lors d'un déménagement ou d'un changement d'école, mais cela peut être nécessaire dans certains cas. Le point difficile à résoudre concerne les anciens amis, surtout s’ils sont laissés loin. Certes, il est toujours possible d’avancer qu’il y aura les vacances, mais c’est encore loin. L’intégration passe aussi par une inscription à des activités extrascolaires. Pour en avoir les possibilités, il suffit de demander à l’école. L’essentiel est de garder les habitudes de l’ancienne école. Cela va l’aider à surmonter le dépaysement.

    Durant toute l’année scolaire, il faut être vigilant. Ainsi, au cas où les résultats scolaires de l’enfant enregistrent une baisse significative, les parents peuvent l’emmener voir un psychologue. Le cas peut également s’adapter si les parents arrivent à déterminer que l’enfant se sent en retrait social. Dès fois, il peut présenter un manque d’entrain et de zèle pour aller à l’école ou pour communiquer avec ses professeurs et ses amis de classe. Cela étant, il faut essayer par tous les moyens de lui parler et de le faire parler en douceur. Ainsi, les parents peuvent lui raconter à tour de rôle leur journée, toujours de manière positive. Pour enchaîner les échanges, il lui faut demander de prendre la parole. À ce sujet, il faut savoir l’accompagner sans être intrusif. Cela risque d’être difficile s’il ou elle fait toujours référence à son passé récent. Ainsi, les parents auront à faire face au genre de réponses, comme « je ne veux parler qu’à grand-mère, à mon cousin ou à mon ami ». Il faut essayer de rompre cette habitude de la manière la plus douce possible.




    Nos fournitures déménagement


TOP